Les caïds des cités frappés au portefeuille.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les caïds des cités frappés au portefeuille.

Message  Dom le Jeu 22 Oct - 11:31

Des armes juridiques vont permettre de les déposséder de leur patrimoine.

Au palmarès de l'économie souterraine, les Hadjeras, de Tourcoing, décrochent la médaille d'or. Le père, la mère et les six fils, trafiquants notoires, tous condamnés, pointaient au RMI mais possédaient 95 comptes en banque, sur lesquels ils avaient déposé quelque 900 000 euros. Ils détenaient aussi onze appartements, 40 000 euros en bijoux. Même la grand-mère, pourtant décédée depuis dix ans, avait «placé» plus de 13 000 euros à la banque. Quand le commissaire Perez-Baquey, patron de l'Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF), évoque l'argent sale en banlieue, l'exemple de cette famille lui vient instantanément à l'esprit.

À l'entendre, les voyous ont parfaitement intégré dans leur «plan de carrière» le passage par la case prison. «Mais pas la confiscation du grisbi», assure l'un de ses adjoints. Or c'est bien ce qui chagrine toutes ces familles versées dans le recel ou les stups. Dans quelques semaines, la justice sera en droit de confisquer les avoirs criminels dès la phase de l'enquête préliminaire ou du flagrant délit. Le parquet pourra prendre des mesures conservatoires, comme le fait le juge d'instruction : prises de gages, d'hypothèques sur des biens meubles ou immeubles. «Pour éviter que les gens se rendent insolvables avant le jugement», confie le commandant Patricia Mathys, chef de la plateforme d'identification des avoirs criminels (Piac) de la PJ.

«Une véritable révolution juridique»

Toutes ces mesures figurent dans la proposition de loi Warsmann bientôt discutée au Sénat. «C'est une véritable révolution juridique», s'enthou­siasme Christophe Perez-Baquey. Désormais, les 4 × 4 et autres voitures de luxe des voyous pourront être vendues sans attendre par les Domaines. «Le scandale de la conservation des véhicules en plein air dans les fourrières, qui induit des frais de garde considérables pour l'État» est terminé, se réjouit Jean-Luc Warsmann, président de la commission des lois à l'Assemblée. La justice pourra aussi saisir leurs parts de sociétés selon une procédure simplifiée. Jusqu'alors, beaucoup de magistrats préféraient renoncer.

Ce jour-là, à l'OCRGDF, quinze suspects sont en garde à vue. Le gérant de fait d'une boîte de nuit vient de tomber en région parisienne avec tout son réseau. «Ils sont malins, explique un policier. Désormais, les gros voyous ne sont plus propriétaires. Sur le papier, tout appartient à des proches. Et ils louent leurs voitures à des sociétés créées sous des prête-noms pour apparaître comme de simples clients.» Le commissaire Julien Santaga, numéro deux du service, l'affirme : «Dans cette logique clanique, chacun joue son rôle : le trafic pour les garçons, le blanchiment pour les filles et le bas de laine chez les parents.»

Sur les murs de son service s'étendent des listings de plusieurs mètres, comme des arbres généalogiques établis pour remonter aux bénéficiaires de montages parfois complexes. «Les familles sont multicartes», explique l'un des cinq gendarmes affectés à la Piac. Outre le trafic de drogue et le recel de véhicules volés, le millier de clans qui tient l'économie des quartiers en France investit dans la contrefaçon. Par ailleurs, «les escroqueries au guichet de l'État sont devenues un sport», assure le chef de l'OCRGDF : fraudes aux Assedic, à l'Assurance-maladie, sur fond de fausse déclaration d'accident. «Ce ne sont pas des cas isolés, c'est un système qui prospère et s'amplifie avec la crise», dit-il.

Le commissaire Perez-Baquey a, depuis son bureau, une vue imprenable sur la cité Pablo-Picasso à Nanterre. Ce quartier, mis en coupe réglée par quelques familles, n'a pas bougé une oreille durant les émeutes de 2005. Un «signe» inquiétant, estime le divisionnaire. «Il faut les viser au portefeuille, c'est le seul moyen», dit-il. Au pied de ces tours sans âme, un guetteur de 12 ans touche jusqu'à 1 500 euros par semaine…


Quand on voit un "jeune" de 20 ans rouler en BM série 7 ou en Mercedes, inutile de se demander d'où vient son argent !

_________________
La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies ... V Poutine.
avatar
Dom

Messages : 320
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 74
Localisation : Bamako sur Seine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les caïds des cités frappés au portefeuille.

Message  stan le Jeu 22 Oct - 21:47

je vois que chez les « jeunes » de nos banlieues le salaire minimum d'insertion sociale est de 1500 € par semaine ! Pour un employé de 12 ans sans expérience... De 50 à 60 000 € par semaine en fin de carrière comme dealer. Et avec ça nos intellectuels nous pondent de belles explications pour nous dirent pourquoi ces jeunes ne s'insèrent pas dans la société.
Comme disent les cocos, il faut frapper là où ça fait mal...
Curieusement les gauchistes sont étrangement silencieux devant ce capitalisme d'une sauvagerie inouïe. Des milliards de bénéfices sans cotiser pour la sécurité sociale et sans payer d'impôts. Les travailleurs sans aucun droit face à leurs employeurs qui décident de leur vie ou de leur mort.
avatar
stan

Messages : 131
Date d'inscription : 17/11/2008
Age : 51
Localisation : de france et de navarre

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum