L'UMP relance le débat sur la récidive.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'UMP relance le débat sur la récidive.

Message  Dom le Jeu 1 Oct - 19:43



Après le meurtre d'une joggeuse, Nicolas Sarkozy demande à Brice Hortefeux d'étudier les moyens de renforcer la surveillance des condamnés qui ont purgé leur peine pour réduire les risques de récidive.

Le meurtre de Marie-Christine Hodeau, dont le corps a été découvert mercredi, relance le débat sur la récidive à droite. Au lendemain des aveux de Manuel R.,ancien violeur sorti de prison et meurtrier présumé de la joggeuse, Nicolas Sarkozy a annoncé avoir demandé à Brice Hortefeux d'étudier les moyens de renforcer la surveillance des condamnés qui ont purgé leur peine pour réduire les risques de récidive, «au besoin par une modification de notre législation», selon l'Elysée. Le ministre de l'Intérieur devra présenter ses conclusions la semaine prochaine.

Avant cette annonce, Brice Hortefeux s'est livré à une charge devant les préfets, estimant que «l'assassinat aurait pu être évité» et qu'il est «parfaitement inacceptable» que le suspect, récidiviste déjà condamné à 11 ans pour viol en 2002, ait été remis en liberté. «Une vie aurait pu être épargnée si l'application de la loi avait été faite dans l'intérêt des victimes. Cela pose une question d'application de la loi et, peut-être, une question d'adaptation de la loi», a assuré Brice Hortefeux.

Les syndicats furieux

Une déclaration qui a fait bondir les syndicats de magistrats. Pour l'Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), il est «scandaleux» de s'en prendre ainsi à des juges qui ont «appliqué la loi». Le syndicat pointe le fait que «la garde des Sceaux précédente, Rachida Dati, n'a cessé de dire qu'il fallait aménager les peines au maximum pour vider les prisons, et assurer le suivi des personnes à l'extérieur».

Le président de l'USM, Christophe Régnard, demande donc au gouvernement de «donner les moyens à la justice de fonctionner normalement» avant de tomber «sur le juge qui est un bouc-émissaire idéal».

Même réaction ou presque du côté du Syndicat de la magistrature (SM), plus proche de la gauche. Emmanuelle Perreux, sa présidente, regrette d' «entendre M. Hortefeux faire des raccourcis aussi rapides» et «désigner quelqu'un à la vindicte». «C'est extrêmement démagogique mais ça ne résout pas le problème de terrain», estime-t-elle.

Selon elle, «les taux de récidive pour les gens qui ont fait l'objet d'un aménagement de peine sont moins importants que pour ceux qui sortent de prison sans aucun suivi». Fait rare, le procureur d'Evry, Jean-François Pascal, a défendu la décision de libération de Manuel R., qui a selon lui fait l'objet d'un «long processus de réflexion». «D'après tous les éléments réunis autour de l'enquête, rien ne laissait penser, objectivement, dans son comportement, qu'il pouvait recommencer», a-t-il expliqué.

Alors ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy a fait voter le 12 décembre 2005 une première loi sur la récidive, suivie en 2007 d'une seconde instaurant les peines plancher et imposant En 2008, une loi prévoyant dans certains cas l'enfermement à vie des criminels sexuels à la fin de leur peine a été censurée par le Conseil constitutionnel.

Lefebvre pose la question de la «castration chimique»

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP, estime pour sa part que «toute la lumière doit être faite sur l'application des mesures de suivi des criminels sexuels dans l'affaire de Milly-la-Forêt». «Pourquoi ce criminel qui vient de récidiver a-t-il été autorisé à vivre à 100 mètres du domicile de sa précédente victime ?», s'interroge-t-il. A sa sortie de prison fin 2008, Manuel R. avait effectivement été s'installer à Echilleuse, le village où il avait séquestré et violé une adolescente de 13 ans. Il avait trouvé un logement à quelques centaines de mètres du domicile de son ancienne victime.

Et le porte-parole de demander : «Ne doit-on pas enfin décider la mise en oeuvre de la castration chimique pour ce type d'individu ?» Une question peut-être prématurée. Le suspect nie toute violence sexuelle, que les premières investigation n'ont pour l'instant pas pu établir. L'autopsie devrait permettre d'en apprendre plus.



Ce n'est pas la première fois que le débat a lieu.....et pourtant, rien n'a changé !

_________________
La France deviendra dans moins de 20 ans la colonie de ses anciennes colonies ... V Poutine.
avatar
Dom

Messages : 320
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 74
Localisation : Bamako sur Seine.

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'UMP relance le débat sur la récidive.

Message  saco le Dim 4 Oct - 0:13

Le gouvernement s'abrite encore une fois vers le manque de contrôle des juges mais c'est oublier que le parquet peut faire appel même d'une décision du juge d'application des peines. Non décidément, le problème n'est pas là... Il n'est pas dans le traitement de la récidive mais dans le traitement de la primo-délinquance et sur la sévirité des peines. Toute démocratie qui se respecte devrait envoyer à l'échafaud les violeurs... La peine capitale pour les crimes les plus odieux est la meilleure garantie de l'absence de récidive. Comment espérer faire pourir quelqu'un 15, 20, 30 ans dans une prison et le sortir frais dispo débarrasser de tout penchant criminel?

saco

Messages : 17
Date d'inscription : 03/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'UMP relance le débat sur la récidive.

Message  Prior le Dim 4 Oct - 13:54

saco a écrit:Le gouvernement s'abrite encore une fois vers le manque de contrôle des juges mais c'est oublier que le parquet peut faire appel même d'une décision du juge d'application des peines. Non décidément, le problème n'est pas là... Il n'est pas dans le traitement de la récidive mais dans le traitement de la primo-délinquance et sur la sévirité des peines. Toute démocratie qui se respecte devrait envoyer à l'échafaud les violeurs... La peine capitale pour les crimes les plus odieux est la meilleure garantie de l'absence de récidive. Comment espérer faire pourir quelqu'un 15, 20, 30 ans dans une prison et le sortir frais dispo débarrasser de tout penchant criminel?
********************************************************************************
Pourquoi faire simple , lorsqu'il est si agréable de faire compliqué ?
On parle d'eux dans la Presse , à la Télé et autres guignoleries.

Le rôle du Législateur , n'est-il pas d'assurer la protection des Citoyens ?

Alors , une simple Loi qui , en quelques lignes , supprimerait les objets du Délit et ce , à titre définitif
but recherché par le Droit .

Aux lieux et places des problématiques castrations chimiques ; réputées illusoires , inefficaces .
Un Décret-Loi instituant d'office l'ablation chirurgicale des objets des Délits , à savoir
le célèbre "" Service Trois Pièces "" en dépit des révoltes de nos irascibles défenseurs des
Pédophiles qu'ils soient Metteurs en Scènes ou autres
.
avatar
Prior

Messages : 162
Date d'inscription : 06/11/2008
Age : 95
Localisation : Quand on commence à faire des concessions , on ne peut plus s'arrêter ! Elena Tchoudinova

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'UMP relance le débat sur la récidive.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum