5 JUILLET 1962 ORAN MASSACRE PROGRAMME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

5 JUILLET 1962 ORAN MASSACRE PROGRAMME

Message  Val le Lun 6 Juil - 11:29

La France a la mémoire sélective, elle refuse d'avoir une pensée pour les marins sacrifiés du 3 juillet 1940 à Mers-el-Kébir, comme elle se refuse à parler de cette tâche indélébile pour son honneur : le massacre d'innocents le 5 juillet 1962 à Oran.

http://oran1962.free.fr/
avatar
Val

Messages : 98
Date d'inscription : 06/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 JUILLET 1962 ORAN MASSACRE PROGRAMME

Message  stan le Sam 18 Juil - 16:03

5 juillet 2022 orange, massacre programmé...
avatar
stan

Messages : 131
Date d'inscription : 17/11/2008
Age : 51
Localisation : de france et de navarre

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 JUILLET 1962 ORAN MASSACRE PROGRAMME

Message  Val le Dim 19 Juil - 0:38

bonjour Stan

J'espère 2012, 2022 c'est trop loin, "ILS" n'attendront pas si longtemps. Jusqu'à présent, "ILS" s'attaquent aux français d'une façon individuelle, alors, tout le monde s'en fout, du moment que "ce n'est pas moi" pensent-ils !!!!









On ne les reverra jamais, et tout le monde s'en fout.

Témoignage de Madame, Valerien NAVARRO,
Femme de ménage
Tome 1 du livre "l’Agonie d’Oran" de Geneviève de TERNANT


"Quand la fusillade a éclaté, vers les 10 ou 11 heures, je me trouvais chez M. et Mme Henri SMADJA dans un immeuble situé rue général Leclerc (ex-rue d'Arzew). Ces personnes étaient les propriétaires de I'hôtel Windsor au début de la rue général Leclerc. Je faisais des ménages dans I'appartement et à I'hôtel. Après déjeuner quand le fils SMADJA vint, nous sûmes un peu ce qui se passait en ville.

Les chars français s'installaient au milieu de la rue. Les Français étaient invités au couvre-feu. Je voulais partir car j'étais inquiète pour mon mari, nos enfants et ma belle-mère.

A peine me retrouvais-je dans la rue qu'une femme en chemise de nuit, pieds nus, échevelée, m'assaillait : "Madame, dîtes moi où ils ont emporté mon mari ?".

Elle avait accouché dans la nuit, son mari l'avait aidée et tous deux se reposaient quand on était rentré chez eux et emmené son mari sans lui laisser !e temps de se vêtir.

Je demandais de I'aide, un conseil aux militaires. Ils me répondirent: "Madame, nous sommes là pour faire respecter le couvre-feu par les Européens, pas pour les aider. Vous ne devriez pas être dehors.

Heureusement je n'étais pas seule. Je pensais à I'armée de journalistes venus en témoins pour constater que tout se passait bien et me dirigeais vers la Place de la Bastille, puisqu'ils logeaient au Grand Hôtel.

Tout d'abord, j'aperçus le cadavre d'un homme, tête vers la rue de la Bastille, une personne m'a dit: "II est là depuis midi, on vient seulement de le couvrir". Je me dirigeais vers la foule des journalistes qui étaient là devant la porte. Le curé de Saint-Esprit se tenait sur le seuil de I'église (la photo a paru sur Paris-Match). La dame qui m'avait parlé précédemment me suivait, m'expliquant ce qui s'était passé dehors. Je lui dis mon désir de regagner au plus vite la rue deTlemcen. Elle habitait Boulevard Sébastopol. Les voitures de Presse couronnaient le centre de la Place de la Bastille. Je m'adressais plus directement à un journaliste qui me répondit: "Madame, on est là pour témoigner, pas pour nous faire tuer". Un sous-officier alors nous aborda : "Venez avec moi, Mesdames, je vais essayer de vous protéger; moi-même je veux regagner le mess des sous-officiers.
"J'habite juste à côté" dit la dame et nous partons.

Des voitures transformées en char par des musulmans circulaient sans cesse, nous attendions à chaque pas notre dernière heure. Arrivés à hauteur du marché Kargentah, nous nous arrêtons net: la place est un moutonnement blanc et retentit de you-you. Mes compagnons décident d'essayer de passer en contournant (square Garbet, etc.). J'hésite. Survient une voiture militaire de I'aviation. Ils me prennent en charge. La voiture fut inspectée par des militaires de I'A.L.N. qui demande ce que je fais là. "C'est la mère d'un de nos camarades, le fils est malade, nous la ramenons". J'avais 33 ans ! Ils me déposèrent chez moi. Les miens étaient sains et saufs.

Mon mari me conta alors les péripéties qu'il avait vécues avec notre fils âgé de 6 ans. Plusieurs fois, ils s'étaient vu bousculés, fouillés, lui face au mur, le canon d'un revolver appuyé sur la nuque, le gamin hurlant : "Papa, ils vont te tuer !" Péniblement, ils parvinrent à hauteur de la poste du boulevard Maréchal Joffre, face au boulevard de Mascara. Là, un groupe fort énervé et armé de mitrailleuses décida d'en finir avec eux. Un militaire de I'A.L.N. s'interposa, il se fit insulter par ses congénères qui tiraient sans relâche.

Heureusement qu'ils étaient énervés car s'ils avaient tiré plus calmement, je serais criblé de balles !".
Ce musulman demanda I'hospitalité pour eux dans un immeuble, mais les occupants refusèrent d'ouvrir. Cet homme prit alors mon fils dans ses bras, agrippa de I'autre main mon mari : "Viens, mon petit, dit-il à mon fils qui pleurait, je vais vous conduire vivants chez vous, toi et ton père".

En chemin, ils recueillirent un jeune homme pris à partie par un groupe de jeunes musulmans : Pourrez-vous l'héberger chez vous, sinon ils vont l'étriper ! "II venait d'être contrôlé : la fureur des musulmans avait été provoquée par I'emblème "Pied-Noir" apposée sur sa carte d'identité. II revenait en mobylette de I'appartement qu'il occupait avec sa mère vers le quartier Boulanger-Maraval. Ils s'étaient récemment réfugiés dans un immeuble aux alentours du Collège de jeunes filles. Je lui conseillais de passer la nuit chez nous, mais il pensait sans cesse à sa mère. Malheureusement, une de nos voisines s'interposa : "Je connais bien le chef du bureau F.L.N.qui s'est ouvert là tout près. Je vais lui demander un laissez-passer".

C'était un ancien habitant du quartier, lui et sa famille en avaient été chassés par une charge de plastic.

Cette dame ne nous écouta pas, lui non plus. II partit pour le poste et ne revint plus.

Quelques instants plus tard, un musulman vint chercher la mobylette.
************************************************************************************

Cette journée du 5 juillet est une journée de deuil pour la communauté PN.
L’armée Française sous le commandement du général Katz le boucher d’Oran s’est terrée dans ses casernes pendant que le FLN assassinait la population PN.
Pour quels motifs ? Pourquoi ?
J’espère que toute la clique Gaulliste se retrouvera en enfer sans qu’il n’en manque un de la liste.

Merci aux quelques militaires courageux qui ont fait ce qu’ils ont pu pour s’opposer a ce massacre. En particulier au Capitaine Rabah Kheliff qui sauva de nombreux PN Oranais d’une mort certaine.

Nous n’oublirons jamais ni les uns ni les autres.

Rappelez-vous la phrase du maréchal JUIN............... Basketball

Valentine
avatar
Val

Messages : 98
Date d'inscription : 06/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 JUILLET 1962 ORAN MASSACRE PROGRAMME

Message  Val le Jeu 23 Juil - 10:23

Je ne pardonnerais jamais aux responsables d'avoir réduit mes compatriotes à ce stade de misère et de détresse :




les camps pour les harkis et leurs enfants (Rivesaltes)



les taudis pour les pn et leurs enfants à Nice


Valentine
avatar
Val

Messages : 98
Date d'inscription : 06/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: 5 JUILLET 1962 ORAN MASSACRE PROGRAMME

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum