Au bois de Vincennes : « Aller en foyer, non merci ! »

Aller en bas

Au bois de Vincennes : « Aller en foyer, non merci ! »

Message  Dom le Mer 3 Déc - 19:03



Jean Hannart, 64 ans, vit dans une cabane de planches et de toile, aux portes de Paris. Nous l'avions rencontré au printemps lors d'un reportage sur la crise du logement. Depuis, le froid est arrivé et il y a eu trois décès au bois de Vincennes. Nous sommes retournés le voir, lundi...

« Je connaissais l'une des victimes, Francis, il habitait plus loin dans le bois. Il est mort intoxiqué par son chauffage. Chez lui, il avait tout bouché à cause du froid. Pour un ancien maçon, il aurait dû le savoir qu'il faut garder de l'aération ! Moi, pour chauffer, j'ouvre le four de ma gazinière un p'tit quart d'heure. Je ne risque rien, y'a des trous d'air partout. Et la nuit, j'ai mes cinq chats pour me tenir chaud.

« En province, ils veulent pas de nous »

« Le problème, ce sont les rondes de la Bapsa, la police qui « ramasse » les sans-abri. Depuis les décès, ils toquent la nuit sur mes planches : «Ça va ?» Je dis «oui», mais ils ne partent pas tant qu'ils ne m'ont pas vu. Obligé de me lever à chaque fois. Ils vont nous faire attraper la crève pour de bon !

« J'attaque mon troisième hiver ici. Je crains l'humidité. Le froid, on s'y fait. En tout cas, ce n'est pas une raison pour nous placer dans des foyers, comme le voudrait la mère Boutin (ministre du Logement). Non merci ! Si c'est pour se retrouver dehors avec le sac à dos dès que la température baisse, je préfère rester au bois de Vincennes. Après tout, l'été, on est bien.

« Nous, on veut des maisons. Mais où le gouvernement pourrait nous mettre ? À Paris ? Y'a pas de place. En province ? Ils ne veulent pas de nous. Normal, vu que, maintenant, ce sont les départements qui paient les aides à la place de l'État. Ils refusent de voir arriver de nouvelles charges. Moi, j'ai une demande de logement depuis des années, à Béthune (Pas-de-Calais), le pays de mon enfance. Toujours la même réponse, «en attente».

« Le droit au logement opposable ? J'en ai entendu parler à la radio. Pfffff, des nouvelles lois, y'en a tous les jours. Plutôt que financer des RMI, des foyers, ou autre, le gouvernement ferait mieux d'acheter du bois, du béton, des matériaux et de payer les gars à rénover les bâtiments abandonnés. Dans le Nord, y'en a plein. Tous ces logements perdus...

« Vous donnez 2 € à un SDF : il s'achète à manger et le lendemain, il lui faut encore 2 €. Rien n'est réglé. C'est du travail qu'il faut. Enfin je dis ça, moi, je suis en retraite. J'ai fait de l'intérim dans le BTP. J'ai le minimum vieillesse, autour de 600 €.

(Sur le transistor de la cabane, le flash RTL annonce des bousculades entre la police et des familles venues faire valoir leur droit au logement, au tribunal. Jean Hannart plisse les yeux, franchement moqueur.)

« Vous croyez que ça donne envie d'aller déposer des dossiers, vous ? »


Recueilli par François CHRÉTIEN.


Il a fait quoi Sarko ?
Et il y en a qui croient que les SDF ont fait le choix de vivre dehors et de crver de froid!
Si les foyers étaient plus humains, ils iraient.....
avatar
Dom

Messages : 320
Date d'inscription : 01/11/2008
Age : 74
Localisation : Bamako sur Seine.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum